ENiM 3 - 2010 (ISSN 2102-6629)

Sommaire

Pages
1-21

FrĂ©dĂ©ric Servajean, « L’« hĂ©ritier du temps ». Ă€ propos de l’épithète jwʿw nḥḥ »
Frédéric Servajean

fr L’épithète jwʿw nḥḥ, l’ « hĂ©ritier du temps », renvoie essentiellement Ă  Osiris ou Ă  la divinitĂ© solaire dans certains de ses aspects. Il s’agit d’une divinitĂ© qui se rĂ©gĂ©nère pĂ©riodiquement en dĂ©butant rĂ©gulièrement un nouveau cycle temporel neheh annuel ou diurne.

uk The attribute jwʿw nḥḥ, the « Heir of time », refers essentially to Osiris or to the solar divinity under some of its aspects. It is a divinity who regenerates periodically herself beginning regularly a new temporal cycle neheh annual or diurnal.

Pages
23-42

Isabelle RĂ©gen, « Une brique magique royale. Birmingham 1969 W 478 »
Isabelle RĂ©gen

fr Publication d’une brique magique occidentale anonyme conservée au musée de Birmingham (1969 W 478). Après examen, il apparaît que la brique n’était pas anonyme dès sa conception mais que le nom du bénéficiaire a été perdu. En dépit de la perte de la séquence nominative, l’étude typologique et textuelle de la brique permet de conclure que cet objet appartenait à un roi. La datation demeure incertaine.

uk Publication of an anonymous western magical brick kept in Birmingham Museum (1969 W 478). A close examination shows that the object was not originally anonymous and that the name of the owner was lost. Despite of the lack of the owner’s identity, the typological study of the brick and of its text allows to state that this object belonged to a royal funerary equipment. The datation remains uncertain.

Pages
43-51

Marguerite Erroux-Morfin, « Sombre chĂ©lidoine, glauque printemps »
Marguerite Erroux-Morfin

fr Quelques remarques concernant le fragment d’Athénée de Naucratis, Deipnosophistae XV, 677, en particulier la plante Chelidonium. Chelidonium corniculatum (L.) qui, en raison de la coloration sombre de ses feuilles, annonce la mort d’Antinoos.

uk Some reflections about Athenaeus’fragments in Deipnosophistae XV, 677, and specially the plant called Chelidonium. Chelidonium corniculatum (L.) fortells Antinoos’ death due to the fact that the leaves coloration is glaucous.

Pages
53-66

Thierry Bardinet, « La contrĂ©e de Ouân et son dieu »
Thierry Bardinet

fr Deux formules magiques tirées d’un texte médical du début du Nouvel Empire mentionnent un dieu surnommé par les Égyptiens « celui de l’étranger », apparemment lié à une fédération de tribus appartenant au groupe des Shosou. Ce dieu était adoré dans une contrée étrangère appelée Ouân, que l’on peut situer en Édom. Dieu unique particulièrement violent, il était identifié dans la phraséologie magique égyptienne au dieu Bébon, forme séthienne du dieu Thot.

uk Two magic formulas taken from a medical text dating from the beginning of the New Kingdom refer to a god whom the Egyptians called “He from the foreign countries” apparently a divinity linked to a federation of tribes belonging to the Shosou group. This god was worshipped in a foreign land called Ouân, somewhere in the region of Edom. This god unique and particularly violent was identified in magic Egyptian phraseology as the god Bebon, the sethian form of the god Thot.

Pages
67-75

David Klotz, « Two Curious Orthographies for Khepri »
David Klotz

fr Analyse de deux orthographes non reconnues auparavant du nom Khepri. Le premier exemple est généralement écrit « gorge et œil », la lecture repose pratiquement entièrement sur le contexte. Le second est le trigramme bien connu « lotus-lion-bélier», qui pourrait designer Khepri comme le pendant logique d’Atoum, le dieu représenté dans l’autre trigramme.

uk Discussion of two previously unrecognized orthographies of the name Khepri. The first example is written generally as “throat and eye,” and the reading is established almost entirely from context. The second is the well-known trigram “lotus-lion-ram,” which could designate Khepri as the logical pendant of Atum, the god represented in the other trigram.

Pages
77-107

Bernard Mathieu, « Mais qui est donc Osiris ? Ou la politique sous le linceul de la religion »
Bernard Mathieu

fr L’invention de la figure osirienne et de sa théologie, probablement au début de la Ve dynastie, fut un événement considérable dans l’histoire égyptienne, dont l’impact dépassa même le cadre strict de l’État pharaonique. On tente de montrer ici que les Textes des Pyramides, dans un grand nombre de formules, permettent de préciser les modalités institutionnelles et les motivations politiques de l’instauration et de la diffusion de la doctrine osirienne.

uk The invention of the Osirian figure and his theology, probably at the beginning of the 5th Dynasty, has been a considerable event in Egyptian history, whose impact exceeded largely Pharaonic State borders. The aim of this paper is to show to what extent, through a large number of Spells, the Pyramid Texts make it possible to specify the institutional ways and the political motivations of the introduction and the diffusion of the Osirian dogma.

Pages
109-136

Catherine Defernez, « Quatre vases Bès provenant de Tell el-Herr (Nord-SinaĂŻ). »
Catherine Defernez

fr Les vases à figuration de Bès sont, à ce jour, notablement attestés dans les contextes stratigraphiques de Tell el-Herr (situé dans la partie septentrionale de la péninsule sinaïtique), qu’ils soient de nature domestique, militaire ou cultuelle. Leur pérennité sur plusieurs décennies d’occupation du site permet dorénavant une classification fine des vaisselles spécifiques de la période qui nous intéresse ici : la période qui s’échelonne du milieu du Ve siècle au premier quart du IVe siècle av. n.è. Parmi les formes identifiées, certaines d’entre elles se démarquent, outre par leur décor, par leur profil atypique. Cette contribution met en avant quatre vases dont la rareté des témoignages tant en Égypte que dans les territoires limitrophes, tout comme le degré de raffinement avec lequel ces vases furent confectionnés, incitent à supposer que leur genèse participe peut-être d’un répertoire autre que celui de la céramique. Certaines caractéristiques autorisent des connexions avec le répertoire de la vaisselle d’apparat en métal, en pierre, ou en terre cuite.

uk The Bes figure vases have been, to this day, significantly attested in the stratigraphic contexts of Tell el-Herr (located in the northern part of the Sinaitic peninsula), whether of domestic, military or cultural nature. Their durability over several decades of occupancy of the site hence enables fine-tuned classification of the crockery specific to the period of interest here: the period ranging from the middle of the Vth century to the first quarter of the IVth century BC. Among the new shapes identified, some of them, in addition to their decoration, standing out by their atypical profile. This contribution highlights four vases whose the rarity of the testimonies in Egypt as well as in the boundary territories, just like the degree of refinement with which these vases were manufactured, lead to assume that their genesis may point to another repertoire as that of ceramic. Some characteristics suggest connections with the repertoire of metal, stone or earthen ceremonial crockery.

Pages
137-165

Mission Ă©gypto-française d’Atfih (MEFA), « Atfih, la zone centrale de l’HĂ©sateum (zone A). Travaux dans la nĂ©cropole des vaches sacrĂ©es (1) »
Mission égypto-française d’Atfih (MEFA)

fr Description de la partie centrale de la Nécropole des vaches sacrées Hésat d’Atfih, ancienne capitale de la 22e province de Haute-Égypte, l’une des Aphroditopolis de l’époque grecque. La MEFA a dégagé la zone anciennement fouillée par Ahmed Moussa pour le compte du CSA, composée de deux sarcophages de vaches, datés de la fin de l’époque dynastique ou du début de la période ptolémaïque. Les structures abritant les sarcophages utilisent des bocs provenant d’un édifice plus ancien, appartenant probablement à Osorkon l’Ancien (XXIe dynastie).

uk Description of the central part of the necropolis of the sacred cows Hesat at Atfih, the ancient capital of the 22nd province of Upper Egypt, one of the Aphroditopolis of the Greek period. The MEFA has cleared the area previously excavated by Ahmed Moussa for the SCA, composed of two sarcophagi of cows, dating from the late-dynastic or early Ptolemaic period. The structures in which are incorporated the sarcophagi have been built with reused blocks from an older building, probably belonging to Osorkon the Elder (XXI Dynasty).

Pages
167-176

AnaĂŻs Tillier, « Notes sur l’icherou »
AnaĂŻs Tillier

fr À la suite des brillants travaux de S. Sauneron et J. Yoyotte sur l’icherou, cet article revient sur certains aspects. Des textes du temple d’Hathor à Dendera mettent en lumière le rôle rituel de « faire un icherou », dans le cadre de l’apaisement de la Déesse Lointaine et du retour de la crue. Un émissaire de Sekhmet, appelé le « Faiseur-d’icherou », pourrait remplir la même fonction : apaiser la déesse et lui offrir un lieu propice à la naissance de sa progéniture. L’origine naturelle de l’icherou est liée à la crue, comme le rapportent les récits mythologiques sur le creusement du lac de Mout à Karnak. Le lac fait référence aux mares d’eau apparaissant à la lisière du désert, avant le gonflement du fleuve. Ce phénomène correspond à la fonction mythologique de l’icherou dans l’apaisement et le retour de la Déesse Lointaine, avant l’arrivée de la crue.

uk Following the seminal work of S. Sauneron and J. Yoyotte about the isheru, this article focuses on some aspects. Some texts from the Hathor’s temple of Dendera describe the ritual function of “making an isheru”, within the pacifying of the Far-Away Goddess and the return of the flood. One of the demons of Sekhmet, called the “Maker-of-isheru”, could play the same role in both pacifying the goddess and giving her a favourable place to give birth to her offspring. The natural origin of isheru is linked to the flood, as it is reported in the mythological texts about the digging of the Mout’s lake at Karnak. The lake refers to ponds appearing in the edge of the desert, before the river starts to swell. This phenomenon corresponds to the mythological role of isheru in the pacifying and the return of the Far-Away Goddess, before the arrival of the flood.

Pages
177-187

Dimitri Meeks, « Un dicton mĂ©connu (Stèle Turin N 50049) »
Dimitri Meeks

fr La stèle Turin N 50049, dédiée à Amenhotep Ier divinisé, comporte, outre un petit hymne qui lui est adressé, un dicton dont la traduction présente de nombreuses difficultés. L’ensemble du texte est examiné en détail, traduit et commenté, afin de replacer le dicton dans son contexte.

uk Stela N 50049 of the Turin Museum, dedicated to Amenophis I deified contains, besides a little hymn addressed to him, a saying whose translation presents many difficulties. The whole text is examined in detail, translated and commented, in order to set it back in context.

Pages
189-192

Nicolas Manlius, « Un animal reprĂ©sentĂ© sur une Ă©tiquette de Nagada III. OryctĂ©rope ou fennec ? »
Nicolas Manlius

fr Une étiquette en ivoire reliée à une jarre provenant de la tombe du roi Scorpion, à Abydos, et datant de Nagada III, est le support d’une gravure représentant un animal énigmatique. Cet animal a déjà été désigné comme étant un oryctérope, Orycteropus afer, car il possède indubitablement des caractères anatomiques appartenant à cette espèce. Toutefois, il présente également des caractères anatomiques de fennec, Fennecus zerda. Cette dernière possibilité d’interprétation en ferait alors la seule représentation connue à ce jour de fennec en Égypte pour les époques prédynastique et pharaonique.

uk An ivory label of a pottery coming from the king Scorpion’ tomb, to Abydos, and dating from Naqada III, carry a carving of an enigmatic animal. This animal was already point out like a Aardvak, Orycteropus afer, because it have beyond any doubt anatomical characteristics of this specie. However, it present equally anatomical characteristics of Fennec, Fennecus zerda. This last possibility of interpretation do of it the only representation of the Fennec known until now in Egypt during Predynastic and Pharaonic epochs.

Pages
193-213

Nagwa Arafa, « La stèle de PahĂ©rypedjet au MusĂ©e Ă©gyptien du Caire »
Nagwa Arafa

fr Étude de la stèle de Pahérypedjet conservée au Musée du Caire et de quelques titres qui y sont mentionnés.

uk Study of the stele of Pahérypedjet of the Museum of Cairo and of some titles which are mentioned in the stele.

ENiM 15 - 2022

10 article(s) - 18 avril 2024.



ENiM 1 à 17 (2008-2024) : 211 articles
2 599 077 téléchargements
4 285 596 consulations.

Index des auteurs Consulter
Mots clés Consulter

Derniers articles : Abonnez vous aux actualités

François Pietri
L’arc de triomphe pharaonique du roi Fouad Ier au soldat de France
(ENiM 17, p. 161-170 — 18 avril 2024) Consulter

Emanuele Casella
Lion ou chat ? La représentation des félines dans les ex-voto à Bastet/Boubastis à l’époque ptolémaïque
(ENiM 17, p. 135-159 — 2 avril 2024) Consulter

Maëva Gervason
Les antiquités égyptiennes du palais-musée des archevêques de Narbonne (1) Introduction historique
(ENiM 17, p. 129-134 — 29 mars 2024) Consulter

Dániel Varga
The Saite Oracle Papyrus reconsidered. The oracle text and the localization of the cult of Montu-Re-Harakhty
(ENiM 17, p. 101-127 — 28 mars 2024) Consulter

Maxim Panov
The Synodal Decree of 196 BC in Copies by J.G. Wilkinson
(ENiM 17, p. 83-99 — 26 mars 2024) Consulter

TDENiM - Mise en ligne des volumes Ă©puisĂ©s : Abonnez vous aux actualités

Au-delĂ  du toponyme. Une approche territoriale. Égypte & MĂ©diterranĂ©e antiques sous la direction de JĂ©rĂ´me Gonzalez et StĂ©phane Pasquali Au-delĂ  du toponyme. Une approche territoriale. Égypte & MĂ©diterranĂ©e antiques, TDENiM 1, Montpellier, 2019 — (dĂ©cembre 2019) Consulter

CENiM - Mise en ligne des volumes Ă©puisĂ©s : Abonnez vous aux actualités

Des Pyramides au Peyrou. L’Égypte ancienne Ă  Montpellier. Actes du colloque du 18 octobre 2018 SociĂ©tĂ© ArchĂ©ologique de Montpellier - Palais Jacques Coeur et des TrĂ©soriers de France sous la direction scientifique de Fr. Servajean et S.H. Aufrère Textes rĂ©unis et Ă©ditĂ©s par L. Rouvière Des Pyramides au Peyrou. L’Égypte ancienne Ă  Montpellier. Actes du colloque du 18 octobre 2018 SociĂ©tĂ© ArchĂ©ologique de Montpellier - Palais Jacques Coeur et des TrĂ©soriers de France sous la direction scientifique de Fr. Servajean et S.H. Aufrère, CENiM 21, Montpellier, 2019 — (1 mars 2019) Consulter

PtolĂ©mĂ©e Épiphane, Aristonikos et les prĂŞtres d’Égypte. Le DĂ©cret de Memphis (182 a.C.). Édition commentĂ©e des stèles Caire RT 2/3/25/7 et JE 44901 Alexandra Nespoulous-Phalippou PtolĂ©mĂ©e Épiphane, Aristonikos et les prĂŞtres d’Égypte. Le DĂ©cret de Memphis (182 a.C.). Édition commentĂ©e des stèles Caire RT 2/3/25/7 et JE 44901, CENiM 12, Montpellier, 2015 — (29 janvier 2016) Consulter

Le myrte & la rose. MĂ©langes offerts Ă  Françoise Dunand par ses Ă©lèves, collègues et amis RĂ©unis par GaĂ«lle Tallet et Christiane Zivie-Coche Le myrte & la rose. MĂ©langes offerts Ă  Françoise Dunand par ses Ă©lèves, collègues et amis, CENiM 9, Montpellier, 2014 — (1 novembre 2014) Consulter

Le matĂ©riel archĂ©ologique et les restes humains de la nĂ©cropole de Dabashiya Françoise Dunand, Bahgat Ahmed Ibrahim, Roger Lichtenberg Le matĂ©riel archĂ©ologique et les restes humains de la nĂ©cropole de Dabashiya, CENiM 7, Montpellier, 2013 — (28 mars 2013) Consulter

Quatre Ă©tudes sur la bataille de Qadech FrĂ©dĂ©ric Servajean Quatre Ă©tudes sur la bataille de Qadech, CENiM 6, Montpellier, 2012 — (26 mai 2012) Consulter

Topographie cultuelle de Memphis 1 a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie StĂ©phane Pasquali Topographie cultuelle de Memphis 1 a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie, CENiM 4, Montpellier, 2011 — (7 mars 2011) Consulter

L'Osiris ANTINOOS Jean-Claude Grenier L'Osiris ANTINOOS, CENiM 1, Montpellier, 2008 — (26 dĂ©cembre 2008) Consulter





3157769 visites - 2317 visite(s) aujourd’hui - 9 connecté(s)
© ENiM - Une revue d’égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III