Ancien Empire

« Retour


Bernard Mathieu

« Les Enfants d'Horus, théologie et astronomie » (ENIM 1, , p. 7-14)

Une enquête menée sur les Enfants d'Horus (Hâpy, Douamoutef, Imséti et Qébehsénouf ) dans les Textes des Pyramides permet de mettre en relief leur véritable identité théologique, leurs fonctions essentielles, ainsi que les correspondants que les Égyptiens leur avaient attribués dans le ciel nocturne, au sein des constellations que nous nommons Orion et la Grande Ourse.


Bernard Mathieu

« Les couleurs dans les Textes des Pyramides : approche des systèmes chromatiques » (ENIM 2, 2009, p. 25-52)

Les notions de « couleurs » dans l’Égypte ancienne doivent être appréhendées non pas isolément mais selon une approche structurale, à l’intérieur de systèmes complémentaires ou antinomiques. L’analyse du vaste corpus des Textes des Pyramides permet ainsi de mettre en évidence la spécificité et les implications idéologiques du rouge (décher), qui s’oppose aux trois autres couleurs « fondamentales » que constituent le noir (kem), le blanc (hedj) et le vert (ouadj).


Anaïs Martin

« L’embaumeur est-il « out » () ? » (ENIM 5, 2012, p. 195-213)

Alors que le terme « out » désigne couramment l’embaumeur, certains indices trouvés sur les parois des tombes de l’Ancien Empire tendent à montrer que la charge du out est plus vaste qu’il n’y paraît. En effet, l’étude des scènes de procession funéraire et de présentation des offrandes, ainsi que de la titulature des propriétaires des tombes suggère que la fonction du out dépasse le cadre de la momification pour englober tout le processus de ritualisation du défunt.


Franck Monnier

« The Construction Phases of the Bent Pyramid at Dahshur. A Reassessment » (ENIM 9, 2012, p. 15-36)

Les particularités architecturales de la pyramide rhomboïdale de Snéfrou à Dahchour-Sud inspirent deux courants d’interprétation. Le premier consiste à y voir l’expression symbolique délibérée d’une dualité et, le second, des modifications en raison de problèmes structuraux survenus au cours du chantier. Cet article fait le point sur l’état de l’archéologie en y apportant des observations inédites et complémentaires. Certains détails jusqu’alors passés inaperçus, ainsi que la pathologie de l’édifice, amènent à confirmer que les bâtisseurs ont apporté plusieurs changements à leur projet, mais aussi à en saisir les raisons. Une révision complète de l’histoire du monument est ainsi proposée en guise de conclusion.


1159511 visites - 218 visite(s) aujourd'hui - 5 connecté(s)
© ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III