Antiquités égyptiennes

« Retour


Elsa Froppier, «  »
Elsa Froppier

fr Sous forme d’une enquête muséologique débutant avec le récolement des antiquités égyptiennes effectué au musée de Grenoble en 2012, cet exposé tente de retracer le parcours d’une cuve de cartonnage, oubliée durant un siècle et demi des inventaires et catalogues d’exposition. Son association au couvercle de cartonnage d’un « certain Djemoutefânkh » est l’aboutissement de nos investigations.

uk As a museological investigation starting with the “récolement” of Egyptian antiquities in the museum of Grenoble in 2012, this presentation is an attempt to retrace the course of a cartonnage’s bed forgotten for one and half century by the inventories and catalogs of exhibition. The outcome of the study is the association of this object with the cartonnage’s lid of a “certain Djemoutefânkh”.

Consulter Consulter cet article (10271) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (6170)


Maxim Panov, «  »
Maxim Panov

fr L’article est consacré à la description de l’Égypte, présentée dans les notes des voyages du début des années 1800. Il contient certains passages de carnets de voyage de pèlerin orthodoxe Basile Grigorovitch-Barsky : Les extraits de son œuvre, mal connue de la plupart des lecteurs non-russes, sont traduits en anglais pour la première fois. À titre de comparaison, le compte rendu de son contemporain, Paul Lucas, un naturaliste et écrivain français, qui traversait une grande part du territoire égyptien et visitait les curiosités anciennes, est cité. Une bonne place est réservée aux commentaires sur les aiguilles de Cléopâtre, parce que les deux voyageurs admirèrent et dessinèrent les obélisques, situés dans leur lieu d’origine à Alexandrie.

uk This article deals with the descriptions of Egypt presented in the traveling accounts of the early 18th century. The paper includes several extracts from the little-known, for non-Russian readers notes of Vasil Grigorovich-Barsky, an Eastern orthodox pilgrim, here translated into English for the first time. As a comparison, the notes of his contemporary Paul Lucas, a French naturalist, who toured a major part of Egyptian territory seeking artifacts, are cited. Greater attention is devoted to Cleopatra’s needles, considering that both travelers admired and depicted those obelisks in their original setting in Alexandria.

Consulter Consulter cet article (6403) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (2140)


2058857 visites - 762 visite(s) aujourd’hui - 8 connecté(s)
© ENiM - Une revue d’égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III