XXIe dynastie

« Retour


Jérôme Gonzalez

« À propos d'une confusion tardive dans l'emploi de wnn (être) et wn (ouvrir) » (ENIM 1, , p. 1-6)

Cet article est l’occasion de souligner qu’une combinaison de vignettes du Livre des Morts peut éclairer le contenu modifié d’une formule « canonique ». Ainsi, la substitution de wnn, « être, exister » par wn, « ouvrir », dans la formule 103 du LdM, relève de la proximité thématique des formules 91/92 et 103, reliées de façon iconique dans le P. Louvre E 17400.


Alain Dautant

« Le cercueil d’Iténéferamon au musée d’Aquitaine » (ENIM 4, 2011, p. 233-272)

Le cercueil de Jt-nfr-Jmn, connu grâce aux publications de J.-Fr. A. Perrot, est conservé au Musée d’Aquitaine à Bordeaux (Mesuret-8590). Sa décoration est semblable au cercueil de Tayouheret et, secondairement, à celui de Masaharta, découverts tous les deux dans la première cachette de Deir el-Bahari. L’organisation horizontale du décor intérieur et les frises sur les bords extérieur et intérieur de la cuve rappellent les cercueils de Soutymès, Séramon et Masaharta. Ces détails apparaissent spécifiquement sur les cercueils du début de la XXIe dynastie dont le cercueil de Jt-nfr-Jmn est un remarquable exemplaire. Une inhumation vers 1070-1060 av. J.-C. est proposée.


Éloïse Noc

« Le sarcophage du musée de l’Hospice Saint Roch à Issoudun (no inv. 11.55) » (ENIM 7, 2011, p. 13-32)

Étude du sarcophage anthropomorphique n° inv. 11.55 du Musée d’Issoudun (France) (XXIe dynastie). Il appartient à une chanteuse d’Amon-Rê, roi des dieux, et musicienne du chœur de Mout, la Grande, maîtresse de l’Ichérou, dont le nom reste inconnu. Les inscriptions recouvrant le cercueil sont présentées, accompagnées d’une description iconographique.


1123143 visites - 585 visite(s) aujourd'hui - 11 connecté(s)
© ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III