décans

« Retour


Frédéric Servajean, «  »
Frédéric Servajean

fr L’analyse de quelques passages du Rituel de l’Embaumement (P. Boulaq III) permet de reconstituer le cycle du ba dans un contexte spécifique de momification et de comprendre la logique des traditions sur lesquelles il se fonde, résultant de l’observation minutieuse de la nature.

uk The analysis of some passages of the Embalming Ritual (P. Boulaq III) allows to reconstitute the cycle of the ba in a specific context of mummification and to understand the logic of the traditions on which it is based, resulting from the meticulous observation of the nature.

Consulter Consulter cet article (23566) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (10236)


Anne-Sophie von Bomhard, «  »
Anne-Sophie von Bomhard

fr Le Naos des Décades, dédié au dieu Chou, est un monument unique par sa collection de textes originaux et par la décoration extérieure de ses parois, consacrant une case a chacune des décades de l’année égyptienne. Chaque case montre cinq vignettes accompagnant un petit commentaire qui a été qualifié d’« astrologique », et qui diffère à chaque décade. Ces notices font intervenir un « grand dieu », dont l’action vise à détruire les populations ennemies, elles semblent de nature plus mythologique qu’astrologique, et leur ensemble pourrait constituer l’un de ces « Livres de Chou » que le dieu confie à Sekhmet, faisant le décompte de ceux que la déesse et sa troupe de décans doivent éliminer. La place du monument dans l’astrologie égyptienne est discutée : alors que le commentaire concerne des populations entières, les vignettes et leurs légendes intéressent le destin individuel et semblent relier le résultat du jugement divin et donc l’avenir du ka à la position des astres dans le ciel. À cet égard, le monument pourrait refléter, ou être le précurseur des systèmes astrologiques prédisant le devenir d’après la position variable des planètes, du soleil et des décans selon les heures.

uk The Naos of the Decades is dedicated to the god Shu. It is a monument unique as to its collection of original texts and the decoration of its outside walls which contains a frame for each of the decades of the Egyptian year. Each of these frames displays five vignettes which accompany a short comment which was qualified as “astrological”, and is different for each decade. These notes call a “great god” for action to destroy enemy populations, and they seem more of a mythological than an astrological nature. The collection of these texts could constitute one of the “Books of Shu” which that god entrusted to Sekhmet, establishing a list of those that the goddess and her troop of decans is to eliminate. The position of the monument in Egyptian astrology is arguable: while the comment concerns entire populations, the vignettes and their legends deal with individual destiny and seem to link result of divine judgement and thus the future of the ka to the position of the stars in the sky. In this context, the monument could reflect or precede the astrological systems that foretell the future from the changing position of the planets, the sun and the decans according to the hours.

Consulter Consulter cet article (10443) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (6600)


Anne-Sophie von Bomhard, «  »
Anne-Sophie von Bomhard

fr Depuis les temps anciens jusqu’aux périodes tardives, les Anciens Égyptiens, pour décrire le ciel, distinguaient le « ciel du sud » et le « ciel du nord », aussi bien dans les textes que dans l’iconographie. Les représentations de la voûte céleste qui apparaissent sur des plafonds ou des couvercles de sarcophages permettent d’identifier les astres principaux du ciel dit « méridional » comme étant ceux qui se déplacent sur l’écliptique avec, essentiellement, les étoiles-décans qui balisent le parcours quotidien et annuel du soleil. Le ciel « septentrional », quant à lui, est le domaine des constellations boréales, visibles toute l’année et, pour cette raison, dénommées par les Égyptiens « Celles qui ne connaissent pas la destruction ». L’opposition « spatiale » s’accompagne d’une opposition « mythologique » : les constellations du ciel du nord sont liées à l’idée d’immortalité car on ne les voyait jamais disparaître dans la Douat. À l’inverse, les ensembles stellaires situés plus au sud, dont les prototypes sont Sirius et Orion, qui sont absents du ciel un certain temps au cours de l’année, sont comparés aux vivants : ils « vivent » lorsqu’ils brillent au firmament, et « meurent » lors de leur invisibilité, qui est ressentie comme un séjour dans la Douat. Ces observations expliquent de nombreuses allusions retrouvées dans les Textes de Pyramides.

uk From very early times down to the late periods, the Ancient Egyptians describing the firmament distinguished the “southern sky” and the “northern sky” in their texts as well as in their iconography. Representations of the sky that appear on ceilings or coffin lids permit to identify the main stars in the sky called “southern” as those that move along the ecliptic comprising, in essence, the decanal stars that mark the daily and annual course of the sun. The northern sky, on the other hand, is the domain of the boreal constellations that are visible throughout the year, which is why the Egyptians called them “Those who do not know destruction”.The “spatial” opposition is accompanied by a “mythological” one: the constellations of the northern sky are tied to the notion of immortality because they can never be seen to vanish into the Duat. Inversely, the constellations situated further to the south, with Sirius and Orion as prototypes, which are absent from the sky during a certain lapse of time in the year, are compared to the living: they “live” while they sparkle in the night firmament and “die” during their invisibility, which is perceived as a passage in the Duat. These observations explain a great variety of mythological allusions issuing from the Pyramid Texts.

Consulter Consulter cet article (10540) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (6531)


« Le début du Livre de Nout »

ENiM 7, 2014, p. 79-123.

Anne-Sophie von Bomhard, «  »
Anne-Sophie von Bomhard

fr Sur le plafond du cénotaphe de Sethi Ier à Abydos, le Livre de Nout est précédé de colonnes de hiéroglyphes surmontées de vignettes. L’ensemble a été désigné comme « Texte de l’Horloge » parce que ces écrits donnent la description d’une horloge à ombre accompagnée d’explications sur son mode de fonctionnement. Ces textes sont en rapport étroit avec le sujet du Livre de Nout, à savoir les exposés sur le cycle des décans, et sur l’utilisation de ces étoiles pour déterminer les heures de nuit.

uk On the ceiling of the cenotaph of Seti I at Abydos, the Book of Nut is preceded by columns of hieroglyphs under vignettes. This collection of texts has been named “Text of the Clock” because it describes a shadow clock together with some explanations concerning functioning. The contents of these columns are closely linked to the Book of Nut, since its subject is the cycle of the decans and the use of these stars to determine the hours of the night.

Consulter Consulter cet article (17907) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (6952)


Gyula Priskin, «  »
Gyula Priskin

fr Les différentes formes des deux premiers décans qui appartiennent au signe de Taureau dans les zodiaques gréco-romains – femme agenouillée, cochon, Osiris mort couchant dans un bateau, yeux – renvoient à la pleine lune au premier mois de Chemou ainsi qu’aux événements cultuels et mythiques qui s’y rapportent. Cette coïncidence s’explique par le fait que le premier mois de Chemou et le séjour annuel du soleil dans le signe Taureau se superposent au début de l’Ère commune. Les décans montrant Osiris et les yeux dans le bateau et appartenant au Taureau proviennent également des diagrammes astronomiques du Nouvel Empire, qui représentaient aussi un bateau sous le décan ?r.j-jb-wj? « le milieu du bateau ». Plus tard, ce décan sera rangé avec le signe de la Balance. L’analyse des symboles du décan dans le diagramme astronomique de Ramesséum et dans le zodiaque circulaire de Dendera démontre, en découvrant les couches de significations multiples se rapportant aux images, que la constellation égyptienne du Bateau était identique aux trois étoiles les plus brillantes du signe actuel de la Balance (?, ?, et ? Librae, le décan ?r.j-jb-wj? étant l’étoile au milieu, ? Librae). Ce bateau observé dans le ciel jouait un rôle important dans les cosmographies égyptiennes et dans le mythe astral d’Osiris, car, presque tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne, il se situait non loin du point d’équinoxe d’automne.

uk The different forms of the first two decans that belong to the sign of Taurus in the Graeco-Roman zodiacs – a kneeling woman, a pig, the dead Osiris lying in a boat, and a pair of eyes – are shown to refer to the full moon in the month I Shemu, and the cultic and mythological connotations of this event. The basis of this connection was the fact that I Shemu overlapped with the sun’s annual stay in Taurus around the beginning of the Common Era. The Taurus decans showing Osiris and the pair of eyes in the barque derive from the New Kingdom astronomical diagrams which depicted a boat under the decan called ?r.j-jb-wj? “the middle of the boat”. In the later zodiacs the same decan belongs to the sign of Libra. The analysis of the symbols of this decan in the astronomical diagram of the Ramesseum and in the round zodiac of Dendera, unveiling the multiple layers of signification that have been attached to them, reveals that the Egyptian constellation of the boat was identical with the three brighest stars of the modern constellation of Libra (?, ?, and ? Librae, the ?r.j-jb-wj? decan being the star in the middle, ? Librae). This boat in the sky played a crucial role in Egyptian cosmographies and the astral myth of Osiris because of its closeness to the autumnal equinoctial point throughout much of ancient Egyptian history.

Consulter Consulter cet article (10101) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (4324)


ENiM 13 - 2020

9 article(s) - 27 juillet 2020.



ENiM 1 à 13 (2008-2020) : 148 articles
700 082 téléchargements
1 263 696 consulations.

Index des auteurs Consulter
Mots clés Consulter

Derniers articles : Abonnez vous aux actualités

Franck Monnier
Données nouvelles sur les appareils de maçonnerie des grandes pyramides
(ENiM 13, p. 237-261 — 27 juillet 2020) Consulter

Laura Parys
La conception du monde inversé dans le Dialogue d’un homme avec son ba
(ENiM 13, p. 217-235 — 8 juin 2020) Consulter

Matthieu Bégon
Une probable représentation de la reine Meret-Neith en tant que régente du roi Den
(ENiM 13, p. 211-215 — 26 mai 2020) Consulter

Thierry Bardinet
La route d’Outénet au mont Laban. Une nouvelle étude de deux conjurations du papyrus médical Louvre E 32847
(ENiM 13, p. 151-209 — 12 mai 2020) Consulter

Mohamed Raafat Abbas
The Canaanite and Nubian Wars of Merenptah: Some Historical Notes
(ENiM 13, p. 133-149 — 11 mai 2020) Consulter

Réka Vadas
‘The Beautiful Place of Kyphi and Wine’. The Laboratory at Esna Temple
(ENiM 13, p. 93-132 — 29 avril 2020) Consulter

Henri Charles Loffet
Un bien mystérieux Pa-di-Ousir, né de la dame Setcha-iret-binet
(ENiM 13, p. 79-92 — 9 mars 2020) Consulter

Steven R.W. Gregory
Horus Joins the Barque of Cosmic Authority. Observations Regarding Aspects of Coffin Text Spell 148
(ENiM 13, p. 63-77 — 4 mars 2020) Consulter

Gábor W. Nemes
The mythological importance of the constellation Msḫtjw in mortuary representations until the end of the New Kingdom
(ENiM 13, p. 1-61 — 10 février 2020) Consulter

Maxim Panov
A Description of Egypt at the beginning of the 18th century by Grigorovich-Barsky
(ENiM 12, p. 299-305 — 3 décembre 2019) Consulter



1949121 visites - 461 visite(s) aujourd’hui - 18 connecté(s)
© ENiM - Une revue d’égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III