explications phonétiques des abréviations par “b”

« Retour


Stefan Bojowald, «  »
Stefan Bojowald

fr Cet article étudie quatre nouveaux exemples de l’écriture abrégée par “b”. Le premier exemple montre que “b” pouvait remplacer “ḥb” “fête”. Le deuxième consiste en l’écriture “b.t” pour “ʿb.t” “laitue”, comme cela est discuté par les chercheurs depuis quelque temps ; le spectre est ici élargi par trois nouvelles interprétations. Le quatrième et dernier exemple est “b” pour “bȝq” “briller, être clair”. Autant que possible, les explications sont phonétiques.

uk In this paper, four further Egyptian spellings with “b” are scrutinized. In the first case, it be-comes clear, that “b” can stand for “ḥb” “feast”. In the second one, it will be demonstrated that – according previous explanations – “b.t” may be an abbreviation for “ʿb.t” = “ʿbw” “let-tuce”. Here, three other alternatives are suggested. In the third case, it will be shown that “b” can be used for “wʿb” “wʿb”-priest. The fourth example is represented by the writing “b” for “bȝq” “bright, shining”.

Consulter Consulter cet article (6654) - Telecharger Télécharger cet article au format pdf (4744)


2060966 visites - 1273 visite(s) aujourd’hui - 10 connecté(s)
© ENiM - Une revue d’égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III