ENiM 15 - 2022 (ISSN 2102-6629)

Sommaire

Pages
1-34

Florence Saragoza, « Arsenic et vieilles bandelettes. Les ensembles funĂ©raires du musĂ©e Crozatier au Puy-en-Velay »
Florence Saragoza , Vanessa Desclaux

fr Les travaux de rénovation du musée Crozatier ont fourni l’occasion propice à l’étude de deux ensembles funéraires égyptiens rapportés en France au XIXe siècle. Cette étude pluridisciplinaire, qui a réuni l’équipe du musée, V. Desclaux, des restauratrices d’œuvres d’art, l’équipe du service d’imagerie médicale de l’hôpital Emile-Roux au Puy-en-Velay et la responsable du groupe datation du C2RMF, offre ainsi la première édition des textes des cercueils ainsi qu’un nouvel exemple de momie (Djedimenet) contenant une figurine de terre cuite de forme anthropomorphe, permettant ainsi d’enrichir un corpus en cours de constitution. L’analyse de la momie renfermée dans le cercueil de la dame Henout a quant à elle révélé que cette momie n’était pas celle de dame Henout, puisqu’il s’agit… d’un homme !

uk Renovation works on the Crozatier museum provided the perfect opportunity to study two Egyptian wooden coffins including human mummies which were brought to France in the 19th century. This multidisciplinary study, which brought together the museum team, V. Desclaux from the BNF, conservators, the team of the medical imaging department at Emile-Roux hospital in Le Puy-en-Velay and the person in charge of C14 dating for the C2RMF in Paris, offers the first edition of the funerary texts of the two coffins and of Djedimenet's painted cartonnage of as well as a new example of a mummy containing an anthropomorphic terracotta figurine. Analysis of the mummy enclosed in the lady’s coffin revealed that this mummy was not that of Dame Henout[nefer?], since (s)he is ...a man !

Pages
35-49

Jean-Guillaume Olette-Pelletier, « Une force divine fulgurante
Sur le sens et la lecture du signe thĂ©onyme Min  (R22) /  (R23) »
Jean-Guillaume Olette-Pelletier

fr Par la relecture des textes religieux, funéraires et relatifs aux prodiges témoignant des attributions de Min et de l’hypostase de force qu’il incarne et prenant appui sur les diverses études paléographiques concernant son signe théonyme R22/R23, cet article propose ici une identification novatrice du hiéroglyphe archaïque. Les récentes découvertes sur le site de Mersa Gaouasis ont par ailleurs révélé les plus anciens éléments vocaliques certifiés composant le hiéroglyphe Min. Au croisement de ces données, le sens du signe théonyme apparaît enfin, faisant directement écho aux essences et capacités célestes et minérales de l’antique divinité.

uk Through proofreading of religious, funerary and linked to wonders texts attesting to the functions of Min and the force hypostasis that he embodies and building on the various paleographic studies of his theonymic sign R22/R23, this article proposes an innovative identification of the archaic hieroglyphics. In addition, the latest discoveries on the site of Mersa Gawasis have revealed the oldest certified vocal elements which compose the hieroglyphic Min. The cross-referencing of these data offers at last, the meaning of the theonimic sign, directly echoing the essences and the celestial and mineral capacities of the ancient divinity.

Pages
51-73

Franck Monnier, « Les techniques de siège dĂ©crites dans la documentation pharaonique »
Franck Monnier

fr Avec cet article, l’auteur répertorie et analyse les témoignages relatifs aux techniques de siège mises en œuvre lors des assauts lancés sur des forteresses ou des cités fortifiées durant la période pharaonique. Ce travail conduit à réévaluer certains points particulièrement débattus et à reconstituer quelques-uns des dispositifs originaux employés par les armées égyptiennes et koushites.

uk With this article, the author lists and analyses documentation relating to siege techniques which were used during assaults on fortresses or fortified cities during the Pharaonic period. This work leads to reassess some particularly debated points and to reconstructe some of the original devices used by the Egyptian and Kushite armies.

Pages
75-92

Robert Steven Bianchi, « Sealing the Dead »
Robert Steven Bianchi

fr Il s’agit d’un essai sur une découverte centenaire presque oubliée et apparemment insignifiante d’une momie enveloppée dans un filet de pêche auxquelles étaient attachées trois pastilles de boue, dont deux portent encore les empreintes de scellement de deux sceaux différents. Ce filet de pêche et ses scellements donnent lieu à des analyses sur les enveloppes dans lesquelles les momies égyptiennes antiques étaient enfermées et la pratique de sceller les momies, deux sujets considérés dans le contexte de la nature polyvalente de la culture matérielle égyptienne antique en conjonction avec leur correspondance avec des représentations similaires. dans d’autres mé-dias. La survie de cette pratique au Ve siècle après J.-C. est une autre démonstration de la lon-gévité et de la persistance des anciennes traditions funéraires égyptiennes.

uk This is an essay about an all but forgotten, seemingly insignificant century-old find of a mummy wrapped in a fishnet to which were attached three mud pastilles, two of which still bear the seal-ing impressions of two different signets. That fishnet and its sealings initiate discussions about the envelopes in which ancient Egyptian mummies were enclosed and the practice of sealing mummies, both topics of which are considered within the context of the polyvalent nature of ancient Egyptian material culture in conjunction with their correspondences with similar repre-sentations in other media. The survival of this practice into the 5th century A.D. is yet another demonstration of the conservative longevity and persistence of ancient Egyptian funerary tradi-tions.

Pages
93-115

Christophe Thiers, « Les temples thĂ©bains durant le règne de Vespasien. Apport prĂ©liminaire du site d’Ermant
 »
Christophe Thiers

fr Publication de blocs épars mis au jour sur le site d’Ermant, remployés dans un mur romano-byzantin. Ils sont au nom de l’Empereur Vespasien et livrent quelques informations sur la décoration d’un angle de monument (scène de sortie du palais, offrande de la campagne, mention de la visite de Montou-Rê à Djémê le 26e jour de Khoïak).

uk Publication of a set of loose blocks uncovered in Armant, reused in a Byzantine wall. They bear the name of the Emperor Vespasianus, and provide some information regarding scenes which previously decorated a building corner (scenes of leaving the palace and field-offering, text related to the visit of Montu-Re to Djeme on the 26th of Khoiak).

Pages
117-121

Maxim Panov, « The Papyrus CGT 54015 »
Maxim Panov

fr L’article est consacré à un papyrus du musée égyptologique de Turin daté du Nouvel Empire. Il contient cinq fragments du bien connu « Conte de Sanehet (Sinouhé) ». Dans de nombreux cas, cette version correspond aux sources de cette période avec quelques variations. Une transcription hiéroglyphique accompagnée d’une traduction commentée et d’une photographie sont ici présentées.

uk The paper deals with a papyrus from the collection of the Egyptian Museum in Turin dated to the NK. It contains five fragments from the well-known “Story of Sanehet (Sinuhe)”. In many cases this version corresponds to the sources from this period with some variations. A hieroglyphic transcription, a commented translation, and a photography are presented.

Pages
123-138

FrĂ©dĂ©ric Servajean, « RĂ©flexions Ă  propos des termes nautiques Ă©gyptiens  (jm(y)-wr.t), « tribord », et  (tČť-wr), « bâbord » »
Frédéric Servajean

fr Étude de l’étymologie des termes égyptiens jm(y)-wr.t et tA-wr. Ces deux mots signifient tribord et bâbord en contexte nautique, et droite et gauche en contexte non nautique. Les traductions « ouest » et « est » doivent être réservées pour jmn.t et jAb.t. Lorsque l’observateur regarde vers le sud, il y a dans ce cas – et dans ce cas seulement – correspondance, mais non synonymie, entre jm(y)-wr.t et jmn.t d’une part et tA-wr et jAb.t d’autre part.

uk Study of the etymology of the Egyptian terms jm(y)-wr.t and tA-wr. These two words mean starboard and port in a nautical context, and right and left in a non-nautical context. The translations west and east should be reserved for jmn.t and jAb.t. When the observer looks south, there is in this case – and in this case only – correspondence, but not synonymy, between jm(y)-wr.t and jmn.t on the one hand and tA-wr and jAb.t on the other.

Pages
139-179

FrĂ©dĂ©ric Servajean, « OĂą les reliefs d’Hatchepsout Ă  Deir el-Bahari situent-ils le pays de Pount ? »
Frédéric Servajean

fr Ce travail examine l’organisation des scènes pountites d’Hatchepsout à Deir el-Bahari, à partir de trois hypothèses de localisation de Pount : côte arabique de la mer Rouge, côte africaine et Soudan nilotique. Seule l’hypothèse arabique permet de reconstituer la logique de ce programme décoratif et de mettre en relief sa simplicité, sa logique et sa grande cohérence.

uk This work examines the organization of Hatshepsut’s puntite scenes at Dayr al-Bahri, based on three hypotheses for the location of Punt: the Arabian coast of the Red Sea, the African coast and the Nilotic Sudan. Only the Arabian hypothesis makes it possible to reconstruct the logic of this decorative programme and to highlight its simplicity, its logic and its great coherence.

Pages
181-212

Caroline Thomas, « Disoukhonsou, prĂŞtre de Coptos Ă  la 25e dynastie. ConsidĂ©rations techniques et symboliques sur les cercueils bivalves thĂ©bains »
Caroline Thomas

fr Le cercueil égyptien conservé au musée Jacquemart-André appartient à un certain Disoukhonsou, prêtre de Coptos à la 25e dynastie. Son étude et sa restauration ont fourni l’occasion de le replacer au sein de la production des cercueils bivalves, caractéristiques des 25e-26e dynasties. Le cercueil bivalve est conçu, techniquement et symboliquement, comme une enveloppe-cocon, à l’instar de l’enveloppe de cartonnage de l’époque libyenne qu’il remplace progressivement. Il présente une particularité technique dérivant des cartonnages : l’application d’une toile enveloppante support du décor, recouvrant toute la surface extérieure, englobant cuve et couvercle en un tout. Il est proposé de considérer l’enveloppement intégral de toile à l’extérieur du cercueil comme l’un des critères propres aux cercueils bivalves thébains des 25-26e dynasties. S’il est possible que la momie ait été mise en place avant la réalisation du décor, une hypothèse différente est ici défendue, privilégiant un autre enchaînement des étapes de réalisation : le cercueil était entièrement réalisé et décoré, avant d’être rouvert en découpant la toile pour y insérer la momie, puis refermé. Cette re-fermeture matérielle s’accompagnait probablement d’une réparation symbolique, tout aussi efficiente dans la pensée égyptienne pour rétablir l’herméticité recherchée. L’étude réalisée, principalement sur les cercueils du musée du Louvre, expose les éléments réunis pour étayer ces hypothèses et invite les chercheurs à multiplier l’examen d’autres cercueils afin de les enrichir et discuter.

uk The Egyptian coffin kept in the Jacquemart-André museum belongs to a certain Disoukhonsou, priest of Coptos in the 25th Dynasty. Its study and restoration provided the opportunity to place it back within the production of bivalve coffins characteristic of the 25-26th Dynasties. The bivalve coffin is technically and symbolically designed as a cocoon-shell, much like the Libyan cartonnage case it gradually replaces. It shows a technical peculiarity deriving from cartonnage cases: the application of an enveloping linen for the decoration, covering the entire exterior surface, encompassing the box and lid in a whole. It is proposed to consider the linen wrap on the outside of the coffin as one of the criteria specific to Theban bivalve coffins of the 25-26th Dynasties. If the mummy may sometimes have been put in place before decorating, a different hypothesis is defended here, favoring another sequence of crafting steps: the coffin was entirely made and decorated, before being reopened by cutting the canvas to insert the mummy, then closed again. This material re-closure was probably accompanied by a symbolic repair, just as effective to the Egyptian mind-frame in order to recreate the sought-after hermeticity. The study carried out, mainly on the Louvre coffins, describes the elements gathered to support these hypotheses and invites researchers to examine other coffins in order to enrich and discuss them.

Pages
213-215

Stefan Bojowald, « Ein neues Detail zum ägyptischen Pfortenbuch Neunte Stunde, Oberes Register, 55. Szene »
Stefan Bojowald

fr Dans cette contribution, est poursuivie l’interprétation du Livre des Portes, neuvième heure, registre supérieur, scène 55. Au centre du débat se trouve le verbe « ?w? », pour lequel est proposé le sens « se lever ». L’idée de « parler en étant debout » peut être sauvegardée par un parallèle ougaritique.

uk In this contribution, the interpretation of Book of the Gates, Ninth Hour, Upper register, Scene 55 is continued. At the centre of the debate is the verb “?w?”, in which case the meaning “stand up, rise” is pleaded for. Speaking while standing can be safeguarded by an Ugaritic parallel.

Pages
217-232

Seham Mohammed Hussein Ahmed, « Another Perspective on the Set of Gilded Couches of Tutankhamun »
Seham Mohammed Hussein Ahmed

fr L’ensemble des lits dorés découverts dans la tombe de Toutânkhamon est examiné afin de réinterpréter leur rôle et leur identification. Cette étude combine l’iconographie de la seconde chapelle dorée de Toutânkhamon et de sa chambre funéraire, les scènes des livres du monde souterrain et l’observation détaillée des lits eux-mêmes dans les laboratoires de restauration du Grand Musée égyptien. Cela a permis d’identifier la signification et la relation entre toutes ces scènes et les lits, ainsi que leur emplacement respectif dans la tombe elle-même. Les lits participent au voyage de l’âme du défunt dans l’ascension céleste. L'ensemble comprend trois lits représentant chacun une lionne identifiée comme une représentation de l’étoile Orion (sAH), une vache comme l’étoile Sothis (Spdt), et un hippopotame femelle hybride identifié comme une constellation du ciel boréal. Ils sont associés respectivement à la renaissance d’Osiris et de Rê dans les mythes égyptiens, à partir du stade de l’union du kA et du bA, du bA séparé, et du Ax.

uk The set of gilded couches discovered in the tomb of Tutankhamun is examined to interpret their role and identification anew. This study combines the iconography of the Second gilded shrine of Tutankhamun and his burial chamber, scenes from the books of the netherworld dating throughout Egyptian history, and detailed observation of the couches themselves in the restoration laboratories of the Grand Egyptian Museum. This resulted in identifying the meaning and relationship among all these scenes and the couches, as well as their respective placement in the tomb itself. The couches participate in this narrative by representing the journey of the deceased’s soul in the heavenly ascension. The set comprises three couches representing a lioness identified as a representation of the star Orion (sAH), a cow as the star Sothis (Spdt), and a hybrid female hippopotamus identified as a constellation in the northern sky. They are associated with the rebirth of Osiris and Ra in the Egyptian myths, from the stage of the union of the kA and the bA, the bA separated, and the Ax, respectively.

Pages
217-243

Henri Charles Loffet, « Ă€ propos d’une cuve de sarcophage et de sa planche-plastron ayant appartenu au prĂŞtre Khonsou-hat-netchĂ©rou-nĂ©bou et la stèle du musĂ©e du Louvre C 214/E 13481 (dite : Stèle de Bakhtan) »
Henri Charles Loffet

fr La découverte d’une planche plastron de momie et du sarcophage au nom d’un certain Khonsou-hat-netchérou-nébou nous permet de reconsidérer la datation de la stèle du Musée du Louvre C 214/E 13481, dite « stèle de Bakhtan ». Grâce à cette étude, nous pensons pouvoir placer cette stèle à la charnière des XXIe et XXIIe dynasties.

uk The discovery of a mummy breastplate and the sarcophagus on behalf of a certain Khonsou-hat-netcherou-nebou allows us to reconsider the dating of the stele in the Louvre Museum C 214/E 13481, known as the “Bakhtan stele”. Thanks to this study, we think we can place this stele was built at the close of the XXIst-XXIIth dynasty.

Pages
245-264

Bernard Mullers, « Building pyramids. Reconstructing the process of lifting stones »
Bernard Mullers , Andrew Borgart, Olaf E. Kaper, Bert Bast, Egbert Kuipers

fr Nous vous présentons ici une méthode de déplacement vertical de blocs de pierre que les Égyptiens ont utilisé pour construire des pyramides sans utilisation de rampes ou d’autres méthodes suggérées. Cette méthode n’est pas différente de celle décrite par Hérodote pour la grande pyramide. À l’aide de bois, de ciseaux, de mèches et de cordes, on fabrique une cage à levier basculant. Cette cage, qui comprend un levier de charpente situé au-dessus du milieu de son plancher de chargement, ressemble à une charpente ouverte en forme de pyramide pointue et peut être inclinée par ce levier. En tirant avec suffisamment de force dans une direction sur le levier, la cage bascule, soulevant ainsi le côté opposé du plancher de la cage. L’espace créé sous ce côté est étayé par des caissons formés de l’empilement en double croix de 2 poteaux parallèles. En tirant ensuite à 180 degrés dans l’autre direction, l’autre côté est soulevé à son tour par inclinaison. L’espace libéré est ensuite également étayé par des caissons. En raison de ces deux mouvements de bascule et d’étayage, la cage à levier basculant est soulevée. Une cage à levier basculant chargée était utilisée en combinaison avec des niches alignées les unes au-dessus des autres, construites de façon temporaire sur certaines marches de la pyramide. Ces niches ressemblaient à un escalier géant orienté vers le haut de la pyramide en construction, permettant ainsi de décharger une pierre ou la cage entière à n’importe quel niveau de la pyramide, même pour le pyramidion au sommet.

uk A method for vertically transporting heavy stones is described that the Egyptians may have used for building pyramids without the use of ramps or other suggested methods. This method is not unlike as that which has been described by Herodotus for the Great Pyramid. Using wood, chisels, drills, and rope a tilt levering cage is made. This cage comprises a truss lever high above the middle of its loading floor, looks like an open truss in the shape of a pointed pyramid and can be tilted by this lever. By pulling with sufficient manpower in one direction at the truss lever the tilt levering cage is tilted, thus lifting the opposite side off the cage floor. The space created under that side is propped through box cribbing. By then pulling 180 degrees in the other direction, the other side is lifted by tilting. That space is propped through box cribbing as well. Due to these tilting movements and propping, the tilt levering cage is raised. A loaded tilt levering cage was used in combination with, in a certain pattern, temporarily constructed niches in line above each other on steps of the pyramid. These niches looked like a giant stairway upwards upon the pyramid under construction, thus enabling a stone or the whole cage to be off-loaded at any layer of the pyramid, even for the pyramidion on top.

ENiM 15 - 2022

13 article(s) - 24 juin 2022.



ENiM 1 à 15 (2008-2022) : 181 articles
1 535 735 téléchargements
2 603 620 consulations.

Index des auteurs Consulter
Mots clés Consulter

Derniers articles : Abonnez vous aux actualités

Bernard Mullers, Andrew Borgart, Olaf E. Kaper, Bert Bast, Egbert Kuipers
Building pyramids. Reconstructing the process of lifting stones
(ENiM 15, p. 245-264 — 24 juin 2022) Consulter

Henri Charles Loffet
À propos d’une cuve de sarcophage et de sa planche-plastron ayant appartenu au prêtre Khonsou-hat-netchérou-nébou et la stèle du musée du Louvre C 214/E 13481 (dite : Stèle de Bakhtan)
(ENiM 15, p. 217-243 — 23 juin 2022) Consulter

Seham Mohammed Hussein Ahmed
Another Perspective on the Set of Gilded Couches of Tutankhamun
(ENiM 15, p. 217-232 — 21 juin 2022) Consulter

Stefan Bojowald
Ein neues Detail zum ägyptischen Pfortenbuch Neunte Stunde, Oberes Register, 55. Szene
(ENiM 15, p. 213-215 — 8 juin 2022) Consulter

Caroline Thomas
Disoukhonsou, prêtre de Coptos à la 25e dynastie. Considérations techniques et symboliques sur les cercueils bivalves thébains
(ENiM 15, p. 181-212 — 3 juin 2022) Consulter

CENiM - Mise en ligne des volumes Ă©puisĂ©s : Abonnez vous aux actualités

Des Pyramides au Peyrou. L’Égypte ancienne Ă  Montpellier. Actes du colloque du 18 octobre 2018 SociĂ©tĂ© ArchĂ©ologique de Montpellier - Palais Jacques Coeur et des TrĂ©soriers de France sous la direction scientifique de Fr. Servajean et S.H. Aufrère Textes rĂ©unis et Ă©ditĂ©s par L. Rouvière Des Pyramides au Peyrou. L’Égypte ancienne Ă  Montpellier. Actes du colloque du 18 octobre 2018 SociĂ©tĂ© ArchĂ©ologique de Montpellier - Palais Jacques Coeur et des TrĂ©soriers de France sous la direction scientifique de Fr. Servajean et S.H. Aufrère, CENiM 21, Montpellier, 2019 — (1 mars 2019) Consulter

PtolĂ©mĂ©e Épiphane, Aristonikos et les prĂŞtres d’Égypte. Le DĂ©cret de Memphis (182 a.C.). Édition commentĂ©e des stèles Caire RT 2/3/25/7 et JE 44901 Alexandra Nespoulous-Phalippou PtolĂ©mĂ©e Épiphane, Aristonikos et les prĂŞtres d’Égypte. Le DĂ©cret de Memphis (182 a.C.). Édition commentĂ©e des stèles Caire RT 2/3/25/7 et JE 44901, CENiM 12, Montpellier, 2015 — (29 janvier 2016) Consulter

Le myrte & la rose. MĂ©langes offerts Ă  Françoise Dunand par ses Ă©lèves, collègues et amis RĂ©unis par GaĂ«lle Tallet et Christiane Zivie-Coche Le myrte & la rose. MĂ©langes offerts Ă  Françoise Dunand par ses Ă©lèves, collègues et amis, CENiM 9, Montpellier, 2014 — (1 novembre 2014) Consulter

Le matĂ©riel archĂ©ologique et les restes humains de la nĂ©cropole de Dabashiya Françoise Dunand, Bahgat Ahmed Ibrahim, Roger Lichtenberg Le matĂ©riel archĂ©ologique et les restes humains de la nĂ©cropole de Dabashiya, CENiM 7, Montpellier, 2013 — (28 mars 2013) Consulter

Quatre Ă©tudes sur la bataille de Qadech FrĂ©dĂ©ric Servajean Quatre Ă©tudes sur la bataille de Qadech, CENiM 6, Montpellier, 2012 — (26 mai 2012) Consulter

Topographie cultuelle de Memphis 1 a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie StĂ©phane Pasquali Topographie cultuelle de Memphis 1 a- Corpus. Temples et principaux quartiers de la XVIIIe dynastie, CENiM 4, Montpellier, 2011 — (7 mars 2011) Consulter

L'Osiris ANTINOOS Jean-Claude Grenier L'Osiris ANTINOOS, CENiM 1, Montpellier, 2008 — (26 dĂ©cembre 2008) Consulter





2400647 visites - 800 visite(s) aujourd’hui - 19 connecté(s)
© ENiM - Une revue d’égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III