Karine Madrigal, Jean-Claude Goyon, « L’obélisque de Louqsor et le sarcophage d’Ânkhnesneferibrê », ENiM 10, 2017, p. 51-88.

telecharger Télécharger cet article au format pdf (4907 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire





telecharger Télécharger cet article au format pdf (4907 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire

abonnement Soyez prévenu de la parution d’un nouvel article, Abonnez-vous ! - consulter 7371 consultations.

Mots clés

Jacques-Joseph Champollion-Figeac Jean-François Champollion Méhémet Ali Obélisque sarcophage Ânkhnesneferibrê Deir al-Médîna

Keywords

Jacques-Joseph Champollion-Figeac Jean-François Champollion Mehemet Ali Obelisk sarcophagus Ankhnesneferibr? Deir el-Medina


Les derniers articles parus :

Cecilia Benavente Vicente Jean-Claude Goyon,
Ptolemy III Euergetes in Leontopolis (Tell el-Moqdam)? The lost statue of the god Hermes-Triptolemus from the former Fouquet collection (Calouste Gulbenkian Museum Inv. No. 45)
En 1885, le médecin et collectionneur français Daniel Marie Fouquet acheta chez l’antiquaire Souliman Abd es-Samad un groupe d’objets provenant des ruines de Tell el-Moqdam, l’ancienne ville de Léontopolis. Cette découverte est connue sous le nom de « Trouvaille des lions ». Parmi ces objets il y avait également quatre bronzes hellénistiques : un sphinx, un oinochoé, une figure de pêcheur et une statue du dieu Hermès. Tous ces bronzes ont été publiés en 1911 par l’archéologue français Paul Perdrizet dans son livre Bronzes Grecs d’Égypte de la Collection Fouquet. Quelques années plus tard l’archéologue allemand Hans Peter Laubscher reprit l’étude de la statue d’Hermès et il l’interpréta comme étant un roi ptolémaïque en tant que dieu Hermès-Horus-Triptolemus. L’étude de Laubscher était fondée uniquement sur les photos prises pour la vente aux enchères de 1922 de la Collection Fouquet à Paris, car le lieu de conservation de la statue était inconnu. L’auteur a pu identifier la statue d’Hermès au Musée Calouste Gulbenkian de Lisbonne sous le numéro 45. 
Grâce à cette identification il a été possible de la rediscuter et de revoir les affirmations de Perdrizet et Laubscher. Il a été également possible d’explorer pour la première fois toute la composition de la statue puisque les photos publiées ne montrent pas sa base. D’après l’étude iconographique qui tient en compte les interprétations de Perdrizet et Laubscher, la statue doit certainement être interprétée comme Ptolémée III Évergète représenté en tant que dieu Hermès-Triptolème. Elle montre Ptolémée III comme semeur divin, pourvoyeur et garant de l’abondance, de la prospérité et de la paix. La fonction de la statue permet de remettre en question le prétendu contexte archéologique de sa découverte grâce aussi aux résultats de la recherche sur la provenance de tous les objets issus des ruines de Tell el-Moqdam en 1885.
(ENiM 14, p. 91-114 — 4 février 2021)
459 / 1693


Les articles les plus téléchargés :



Les derniers volumes des CENiM :



Les derniers volumes des TDENiM :

2087384 visites - 1010 visite(s) aujourd’hui - 14 connecté(s)
© ENiM - Une revue d’égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III