Karine Madrigal, Jean-Claude Goyon, « L’obélisque de Louqsor et le sarcophage d’Ânkhnesneferibrê », ENiM 10, 2017, p. 51-88.

telecharger Télécharger cet article au format pdf (2202 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire





telecharger Télécharger cet article au format pdf (2202 téléchargements) - citer Comment citer cet article ? - retour Revenir au sommaire

abonnement Soyez prévenu de la parution d'un nouvel article, Abonnez-vous ! - consulter 3720 consultations.


Les derniers articles parus :

Thomas Gamelin Jean-Claude Goyon,
Le dieu Chemânefer. Un support théologique multiple au temple d’Esna
Descendant le Nil depuis Kom Ombo, le dieu Sobek est appelé différemment lorsqu’il s’arrête un temps dans le temple d’Esna : il est nommé Chemânefer. Crocodilocéphales tous les deux, les contours iconographiques sont identiques, mais le nouveau dieu latopolite porte plusieurs couronnes qui reflètent les multiples caractères de Sobek dont il a hérités. Coiffé de la couronne-tjeni, Chemânefer acquiert des fonctions semblables à Sobek-Geb ; avec le hemhem sur la tête, le crocodile latopolite est un dieu-enfant prenant modèle sur Sobek-Horus ; portant le disque solaire, il est une forme animale prise par le soleil, comme c’est déjà le cas avec Sobek-Rê, mais sa nature comprend également une touche osirienne. L’ensemble des personnalités, quelque peu segmentées, du crocodile ombite est intégré en Chemânefer, tout en insistant sur l’idée que celles-ci ne sont en réalité que différentes facettes complémentaires qui s’unissent les unes aux autres au sein de cette nouvelle divinité.
(ENIM 12, p. 25-42 — 11 février 2019)
449 / 650


Les articles les plus téléchargés :



Les derniers volumes des CENiM :

1487818 visites - 91 visite(s) aujourd'hui - 5 connecté(s)
© ENiM - Une revue d'égyptologie sur internet
Équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne - UMR 5140 - « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Cnrs) - Université Paul Valéry - Montpellier III